125 motos, 21 quads, 123 autos et 71 camions sont toujours en course alors que le rallye observe une journée de repos à Copiapo, dans un bivouac que quelques concurrents continuent de rejoindre après avoir passé la nuit dans les dunes. A mi-course, les quatre titres en jeu n’ont pas été clairement préemptés, mais la liste des prétendants s’est déjà réduite.

Hâte de reprendre la course !

Après sept jours et 4469 km de course, depuis Mar del Plata, il reste aux concurrents, encore en course, 3908 km à parcourir, avant d’atteindre Lima au Pérou. Sept autres journées de compétition auxquelles Ronan Chabot et son coéquipier Gilles Pillot, se sont préparés au mieux, durant cette journée de repos, sur le bivouac de Copiapo. 19e du classement général, à mi parcours, l’équipage Toy Motors signe une très belle entame de rallye, au volant du Buggy SMG, préparé par Philippe Gache. Les trois hommes reviennent sur cette première partie de course.

Ronan Chabot :

« C’est une journée de repos qui est passée vite et qui a été consacrée à l’auto. A mi parcours, on a sans doute moins attaqué que les années précédentes, mais cette journée fait du bien. L’équipe s’est attelée à une révision complète du Buggy, à savoir les embrayages, la boite de vitesse mais aussi des réglages de butées et de répartitions de freinage. On sait bien que sur le Dakar, la moindre petite panne fait dégringoler au classement, il faut donc faire beaucoup de prévention. Nous sommes allés, avec Philippe Gache, faire un petit essais dans la montagne, ce qui nous a permis de travailler sur des petits réglages. J’ai bien sûr hâte de reprendre la course demain ; La deuxième semaine est souvent une progression par élimination. Nous sommes dans le bon wagon et dans les trente premiers, le niveau est vraiment élevé. A nous de bien nous y accrocher ! »

Gilles Pillot :

« Nous avons quasiment réalisé un parcours sans faute, sur cette première semaine, à l’exception du quatrième jour, où nous sommes tombés dans un trou, sur une erreur d’appréciation de notes. Pour le reste tout s’est bien passé. Nous sommes dans le bon wagon et il va falloir être patients. J’ai coutume de dire qu’à partir de maintenant, ce n’est pas toujours nous qui allons gagner des places, mais certains qui vont en perdre. Le buggy répond parfaitement à nos attentes depuis ce début de course et la fiabilisation de l’auto paye, face à un plateau d’engagés très relevé. Cette seconde semaine s’annonce beaucoup plus dure que la première et il va falloir rester très attentif. »

Philippe Gache :

« C’est beau ce que réalisent Ronan et Gilles. On passe beaucoup de temps sur l’auto mais uniquement en préventif car l’auto est intacte. A mi parcours la voiture n’a pas une rayure et je suis très confiant pour la suite. Il ne faut pas oublier que c’est une auto d’ancienne génération et ce que réalise Ronan est vraiment beau, face aux voitures d’usines. Avec Gilles, il forme un équipage très expérimenté, ce qui est capital en rallye raid. Il a pris du métier sur ce type de voiture, mais il en avait déjà beaucoup avant. Maintenant, le but pour eux sera de finir en beauté ce Dakar ; Mon conseil, pour cette deuxième semaine de course, sera que Ronan se mette un peu en roues libres, en réalisant des spéciales sans fautes et sans forcément chercher la performance pure. »