Fondateur de la structure de préparation belge Overdrive, Jean-Marc Fortin assure l’encadrement des Toyota Hilux engagés sur le rallye Dakar. Aux côtés du Team Toyota France Compétition-PRB, l’ex-copilote distille ses conseils tout en veillant à la cohabitation d’une équipe aux quatorze nationalités !

« J’ai eu une belle vie en tant que copilote en WRC », confie Jean-Marc Fortin (47 ans). Champion de France et vice-champion du monde junior aux côtés de Nicolas Bernardi, titré en championnat d’Europe avec Bruno Thiry, le team manager d’Overdrive porte un regard « agréable » sur ces années passées au sein des équipes officielles. « La philosophie d’Overdrive est née de cette expérience. J’applique la rigueur de mon expérience en WRC au rallye-raid », poursuit Jean-Marc Fortin qui estime avoir créé la meilleure structure privée sur le bivouac depuis 10 ans.

Après sept rallyes Dakar auprès du Polonais Krzysztof Holowczyc, le dirigeant veille cette année sur huit Toyota Hilux, préparés dans ses ateliers de Villers-le-Bouillet. « Je suis arrivé sur le Dakar par hasard en 2005. Je n’étais pas Africain dans l’âme, mais j’y suis resté. Il y avait une opportunité en tant que préparateur. » Jean Marc Fortin a déjà de belles réussites à son actif, à l’image de la 2e place de Giniel de Villiers en 2012 sur Toyota Hilux et de son nouveau podium l’an dernier. Vainqueur du prologue cette année avec Ten Brinke, le dirigeant également engagé en coupe du monde de rallye-raid et sur le prochain Silk Way Rally rappelle : « Il faut être réaliste. Face aux équipes d’usine, nous sommes des empêcheurs de tourner en rond. »

Pendant les deux semaines de compétition en Amérique du Sud, Jean-Marc Fortin transmet ses conseils techniques et sportifs aux équipages sous les couleurs d’Overdrive. « J’essaie d’avoir un vrai contact avec les pilotes, et de leur parler stratégie à partir de mon vécu. » Tout en veillant à l’osmose d’une équipe de quatre-vingt dix techniciens de quatorze nationalités. « Faire cohabiter des Russes et des Polonais, historiquement ce n’est déjà pas simple. Ajoutés aux Sud-Africains ou aux Français, cela devient vite intéressant ! Mais pour construire un bon team, il faut une bonne ambiance, explique encore Jean-Marc Fortin. Les équipages prennent aussi plaisir à parler entre eux, comme Ronan Chabot, seul pilote français du team, avec Martin Prokop. »

Un esprit de solidarité communicatif qui se traduit jusque sur la piste.