Une étape à deux visages occupera les concurrents qui poursuivent la remontée vers le nord du continent, entre océans et montagnes. Deux tronçons séparés par une neutralisation sont au programme, avec des caractéristiques et des décors variés. En début de journée, on creuse des canyons, on file sur des pistes bien propres et on s’enfonce dans du fesh-fesh! La deuxième spéciale fait appel aux talents de navigateurs des pilotes et copilotes, qui auront à faire leurs choix en se basant sur de très rares points de repères, tout en restant précis sur les WPM. En récompense à ce travail de concentration, ils plongeront sur les rivages de l’Océan Pacifique par la grande descente d’Iquique, empruntée dans sa version Dakar 2010.

La 12e place du jour !

Les concurrents du Dakar ont vécu, aujourd’hui, la plus longue étape de cette édition 2012. 606 Km de spéciale, répartis en deux secteurs distincts, qui ont mené Ronan Chabot et son copilote Gilles Pillot d’Antofagasta à Iquiqué, sur les bords du Pacifique. Une étape plein nord, en direction du Pérou, que les pilotes atteindront jeudi. Aujourd’hui, l’équipage Toy Motors à pris une excellente 12e place de spéciale et prend par la même occasion, la 15e place du classement général :

« Un début de spéciale assez proche de celui d’hier, avec quelques piéges, dont beaucoup de cailloux et de fesh-fesh. Nous avons croisé de très beaux paysages, sur fond de terre ocre. La journée n’était pas particulièrement passionnante, mais la descente sur l’arrivée à Iquiqué reste toujours aussi magique. Il faut d’ailleurs décrire le magnifique bivouac sur lequel on se trouve, ce soir : D’un côté le Pacifique, sur lequel se couche, en ce moment, le soleil, et de l’autre cette gigantesque dune, que l’on a dévalé, aujourd’hui, pour rejoindre l’arrivée de la spéciale. C’est probablement le plus beau bivouac du Dakar. »

Un moment qu’a pris le temps de savourer Ronan Chabot, après une longue journée, marquée par l’accident de l’équipage camion N°501, emmené par Ales Loprais, survenu juste devant le buggy de Ronan Chabot :

« L’accident s’est produit, 100 mètres devant nous. Nous nous sommes évidemment arrêtés pour porter secours à l’équipage et déclencher sa balise de détresse. L’hélicoptère médical est arrivé rapidement et nous avons pu reprendre la liaison, en direction du départ de la deuxième partie de spéciale. Celle-ci faisait environ 90 km, durant lesquels, j’ai commis une petite faute, en allant me poser, un peu bêtement, sur un talus. Nous avons manqué un embranchement dans une passe, en montagne, et pour le rattraper, j’ai du emprunter un petit chemin, à peine plus large que la voiture. Je me suis posé sur un petit talus de pierres et cela nous a coûté une dizaine de minutes. Pas de casse sur l’auto, c’est l’essentiel.»

Au programme de demain, quelques belles dunes et une nouvelle occasion pour l’équipage du Buggy SMG d’exprimer pleinement son talent. D’ici là, les mécaniciens vont s’atteler à offrir les meilleurs soins possible au Buggy, ce que ne manque jamais de saluer Ronan Chabot.

« Le Dakar est loin d’être fini et à partir de maintenant, c’est à la fraîcheur des hommes et de leurs machines que cela se jouera. »