Fiambala – Copiapo

Etape 12 : 715 Km
Liaisons : 396 Km
Secteur sélectif : 319 km

Une étape époustouflante !

David Castera, directeur sportif du Dakar avait jugé cette étape entre Fiambala et Copiapo comme la plus belle de cette édition 2013, aussi bien techniquement que visuellement. Il n’avait pas menti ! Les concurrents en ont pris plein les yeux lors des 319 kilomètres au programme de la spéciale du jour. Des paysages à couper le souffle, des difficultés techniques de premier choix : Voilà qui comblait Ronan Chabot et Gilles Pillot :

« C’est magique de se retrouver, ce soir, au bivouac de Copiapo, au pied de ces dunes gigantesques, dans lesquelles nous avons vécu une étape époustouflante, lâchait le pilote du buggy SMG, au moment de retirer son casque. Ce désert d’Atacama offre une variété de paysages et de difficultés incroyable : Des pistes montagneuses, des descentes en lacets, des rios, des passages sablonneux et bien sûr de magnifiques dunes. Autant vous dire, qu’aujourd’hui, nous avons pu nous lâcher complètement et exploiter à fond le potentiel de notre buggy. Nous avons adopté un bon rythme de course, mais sans prendre de risques déraisonnables, car nous gardons à l’esprit que l’arrivée sera jugée dans deux jours et que d’ici là, il faut rester vigilants. Le point positif, en cette fin de rallye, et pour les épreuves que nous vivrons à plus ou moins court terme, c’est que nous commençons à faire corps avec la voiture et à l’apprivoiser. Bien que ce soit une voiture que nous avons quasiment découvert au départ de ce Dakar, nous sommes désormais beaucoup plus à même d’anticiper ses réactions et son comportement général. Dans le sable, comme c’était le cas aujourd’hui, ce buggy nous offre des sensations formidables. Tout en puissance, en motricité et en glisse ! Ce buggy SMG est véritablement un jouet extraordinaire. »

C’est donc bien grâce à leur expérience du Dakar, que Ronan et Gilles disputait cette douzième spéciale du Dakar. Tantôt à l’attaque dans les parties sablonneuses, tantôt sur la réserve comme dans les passages les plus cassants, le duo Toys Motors gérait parfaitement le capital performance de leur machine pour venir décrocher la huitième place du jour et reprendre la septième place du général :

« Ce soir, la voiture revient comme neuve au bivouac et nous progressons dans le classement, confirmait Ronan. Demain, il reste une spéciale importante, entre Copiapo et la Serena, qu’il ne faudra pas négliger. Ce n’est qu’à l’issue de cette treizième étape que cela commencera à sentir bon l’écurie ! Il y aura, de nouveau, de beaux coups à jouer, demain, pour tenter d’aller grappiller encore une ou deux places au classement général. Il peut toujours se passer beaucoup de choses, car les écarts ne sont pas énormes. Une crevaison, un souci mécanique, une erreur… c’est autant de cas de figures qui peuvent venir bouleverser un peu les classements. Une demie heure, c’est vite perdu ou vite gagné ! A nous d’essayer d’en profiter.»