Visit our archive

Tucuman – Journée de repos

Une première semaine idéale !

 

Cette journée de repos, qui marque la mi parcours du Dakar, était attendue par tous. Atteindre Tucuman, était pour chacun un premier objectif. Ceux qui y sont parvenus, analysent, maintenant, les performances livrées lors des huit premières étapes de l’épreuve. Dans le clan SMG, le bilan de la première semaine de Ronan Chabot et son copilote Gilles Pillot est simple : Idéal ! Après un début de Dakar tonitruant, où l’équipage Toy Motors prenait consécutivement la 5e place du prologue, puis la troisième lors de la deuxième journée, le buggy SMG menait son équipage à bon port, chaque soir, et toujours à la lutte avec les équipages donnés favoris, au départ.
Après 4 529 km parcourus depuis Lima, et alors qu’un peu plus de 4 000 km attendent encore les concurrents, avant de rallier Santiago, l’équipage 316 pointe, pour l’instant, à la sixième place du classement général, à une demie heure du second buggy SMG, piloté par Guerlain Chicherit. La deuxième semaine de course s’annonce palpitante et Ronan Chabot, Gilles Pillot ainsi que le patron de SMG, Philippe Gâche n’attendent plus qu’une seule chose : En découdre de nouveau !

Ronan Chabot :

« Nous avons vécu une première semaine de course différente de nos précédents Dakar, justement parce que cette édition se présente différemment, pour nous. Après un an de préparation nous arrivions avec beaucoup d’envies et d’attentes. Je ne m’étais pas fixé d’objectif de classement, avant le départ, mais forcément, se retrouver sixième du général, à mi parcours, c’est très satisfaisant. Maintenant, je ne veux surtout pas céder à l’emballement et prendre le risque de faire une faute qui viendrait compromettre un beau résultat potentiel. Il y a suffisamment de pièges à éviter, sur le terrain, pour ne pas venir s’en créer d’autres, nous même. Mais je parviens à garder la tête complètement froide et j’attends les prochaines grosses journées, car c’est là que nous serons en mesure de faire la différence. Les dunes de Fiambala ou de Copiapo seront nos plus beaux terrains de jeu, lors de cette deuxième semaine. N’oublions pas non plus que le Dakar va se décanter par élimination, sur les prochains jours. A nous d’être au rendez-vous.  [box_info]La voiture est parfaitement dans le coup et répond présent lorsque je la sollicite. Vivre une telle situation, Gilles et moi aurions signé des quatre mains, avant le départ !»[/box_info]

Gilles Pillot :

« La première semaine a extrêmement bien commencé. Le prologue nous a immédiatement mis en confiance et nous a permis de nous situer, par rapport à la concurrence. Sur la seconde journée, nous avons signé un beau coup en prenant pas mal d’avance sur nos adversaires. Depuis les étapes se déroulent bien et nous prenons beaucoup de plaisir avec Ronan, à vivre ce Dakar. Après plus de vingt Dakar, pour ma part, c’est la première fois que j’ai pu ouvrir une spéciale de l’épreuve, devant les ténors de la discipline, et cela fait très plaisir. Lorsque vous jouez aux avant postes, votre rythme est très différent et l’ambiance devient vite euphorique dans l’équipe. On ne pouvait pas rêver mieux. On vit des beaux moments, et nous allons essayer de dérouler, lors des trois premières journée, de cette deuxième semaine, avant d’aborder les spéciales de Fiambala et Copiapo, où nous aurons de belles cartes à jouer.»

Philippe Gâche :

« L’avantage avec Ronan et Gilles, c’est que l’on sait qu’ils seront toujours au rendez-vous. Nous établissons des plans et ils se déroulent toujours comme prévu, ce qui est un gros avantage. Nous nous étions mis d’accord sur le fait qu’avec ce nouveau buggy, nous devions commencer le rallye dans les dix premiers et s’y maintenir. C’est exactement ce qui est entrain de se passer. Ronan a démontré son niveau dans les dunes et en hors piste. En cela, il est extrêmement proche de Guerlain Chicherit. Ce qui m’impressionne, c’est son talent naturel, son mental de sportif de haut niveau et l’implication qu’il met à bien appréhender tous les éléments qui lui permettent d’aller vite. L’objectif dans cette deuxième semaine, sera donc de ne pas prendre de risques inutiles et être capable de maintenir cette place dans les dix premiers, jusqu’à Santiago. »

  • Name (Required)

  • Email (Required, but not published)

  • Url (Optional)

  • Comment (Required)