Ils avaient quitté Lima, il y a un peu moins d’un an, le sourire de la victoire vissé au visage, et déjà des projets et des rêves pleins la tête pour 2013. Victorieux dans la catégorie deux roues motrices lors de la dernière édition du Dakar, Ronan Chabot et son copilote, Gilles Pillot, se présentent, cette année, avec une nouvelle arme et l’ambition de poursuivre leur marche en avant dans la hiérarchie de l’épreuve. Présent depuis mercredi à Lima, qui accueille le départ du Dakar, cette année, l’équipage 316 achève sa préparation et se concentre déjà pleinement sur la course qui débute dans quelques heures  :

« Quel plaisir de retrouver Lima, surtout dans ce climat estival qui fait le plus grand bien ! L’ambiance est assez électrique autour du parc des vérifications techniques et administratives, car l’heure est venue pour tous les concurrents de rendre leur copie, après un an de préparation. C’est également l’occasion pour nous de découvrir les choix techniques des autres équipages et je n’ai qu’une seule envie désormais : Me confronter à eux sur les pistes et dans les dunes ! »

Une excitation légitime mais qui n’empêche pas Ronan Chabot et toute l’équipe SMG qui l’entoure, de peaufiner dans les moindre détails, leur préparation :

« Je suis pleinement rentré dans la concentration d’avant course, ce vendredi. Avec l’équipe nous ajustons les derniers paramètres et nous avons également au programme, une grande réunion pour rappeler à chacun son rôle et les enjeux de cette aventure. Une discipline absolue, je le sais, sera la clé d’un Dakar réussi. Nous avons passé les classiques vérifications techniques et administratives, ce qui nous a permis de prendre la température auprès des supporters péruviens. L’accueil est formidable et la foule impressionnantes. C’est une véritable marée humaine qui accueille ici le Dakar et cela fait particulièrement chaud au cœur. »

Dans quelques heures, le Buggy SMG, flambant neuf, de Ronan Chabot et Gilles Pillot, se présentera au sommet du podium de départ, au cœur de Lima, avant de s’élancer dans la première spéciale de ce Dakar. Treize kilomètres d’un prologue dont le pilote Vendéen préfère se méfier :

« Les prologues du Dakar ne nous ont jamais vraiment réussi. C’est une première ‘’spéciale-spectacle’’ où il y a tout à perdre et rien à gagner. Il faut parvenir à se concentrer suffisamment et ne surtout ne pas prendre l’affaire à la légère, au risque de commettre une faute idiote. Ce sera pour nous l’occasion de prendre nos marques et nous préparer aux grosses étapes de dunes qui vont immédiatement suivre, car dès la deuxième étape, nous devrions avoir de belles cartes à jouer dans le désert péruvien ! D’immenses montées, de grandes descentes et du sable à n’en plus finir : Mon terrain de jeu favoris ! »