Le plaisir était grand, ce matin, à franchir les dunes les plus imposantes et majestueuses de cette édition 2022. Un terrain de jeu que Ronan et Gilles apprécient fortement, au point d’y dépasser 16 concurrents et continuer, au classement général, de se rapprocher du ‘top 20’.  

18h30 au bivouac de Wadi Ad-Dawasir. La nuit est déjà tombée, les lumières sont allumées et le vent puissant, qui balaie les lieux depuis le début de la matinée, ne s’est pas estompé. Les véhicules de l’équipe Toyota Overdrive continuent encore d’arriver. Il y a notamment le camion d’assistance de Ronan et Gilles Pillot, retardé par une crevaison sur cette longue, très longue liaison de plus de 800 km pour les teams. La voiture du duo, elle, est bien là, filmée d’ailleurs par une équipe de France Télévision. Ronan est resté dans l’habitacle et il a le sourire : la journée a été belle, conclue à la 18e place de l’étape, et il prend plaisir à en raconter les détails.

  « C’était magnifique »  

« Nous nous sommes levés tôt pour partir à la 35e place ce matin ». Et dès le départ, Ronan et Gilles en ont pris plein les yeux. « Nous avons eu l’occasion de franchir des beaux cordons de dunes. C’était la première fois qu’il s’agissait de dunes répertoriées en ‘L3’ (les plus imposantes). Cela signifie qu’on doit monter très haut, jusqu’à des crêtes, et rouler dans du sable sec et mou. C’était magnifique, les plus beaux cordons de dunes qu’on a traversés jusque-là ». Dans ce décor majestueux où « on oublie tout », Ronan et Gilles ont mis l’accélérateur. Au total, ils ont dépassé 16 voitures !  

Mais avant de franchir la ligne d’arrivée au 19e rang, leur 3e ‘top 20’ depuis le début de cette édition, il y avait toute la deuxième partie de la spéciale très roulante à effectuer. Le pied sur l’accélérateur, la poussière à gérer, le rythme à conserver. « Nous allons tous à la même vitesse mais dès qu’on arrive trop près d’un concurrent, on est dans un nuage de poussière ». Aucun souci, les écarts étaient déjà faits et cela se voit au général : ils gagnent 4 places et se rapprochent du ‘top 20’ (25e à 5h16).  

Les problèmes techniques de la veille sont déjà de l’histoire ancienne. « On n’a eu aucun souci », souligne le pilote qui note néanmoins un problème de rafraichisseur qui a fait monter la température toute la journée dans la voiture. Quoi qu’il en soit, une telle journée donne encore des envies de rouler et surtout de grappiller quelques places supplémentaires au classement général. « Je pense qu’on peut encore se hisser dans le ‘top 20’ » assure Ronan, déterminé. Demain, ils auront l’occasion de s’en rapprocher à l’occasion d’une longue boucle autour de Wadi Ad-Dawasir, 491 km à parcourir dont 287 km de spéciale.