SUR LE PODIUM DU JOUR!

Etape 2 Pisco – Pisco: 327 Km Liaisons : 85 Km Secteur sélectif : 242 km

Ronan Chabot et son copilote Gilles Pillot n’en finissent plus de créer la surprise sur ce Dakar 2013. Après une splendide cinquième place lors du prologue de samedi, l’équipage N°316 est encore monté d’un cran lors de la 2e étape qui se déroulait autour du bivouac de Pisco.

« Déjà hier, finir 5e, c’était un rêve de gosse, alors achever cette deuxième journée à la 3e place, aujourd’hui, c’est fantastique, exultait Ronan Chabot, à son arrivée au bivouac. On  termine à huit secondes d’un vainqueur du Dakar, Giniel de Villiers… que demander de mieux ! »

 L’équipage Toys Motors savait, en se présentant au départ da la spéciale du jour, que les dunes annoncées devaient leur permettre de pleinement s’exprimer. Ce qu’ils n’ont d’ailleurs pas manqué de faire :

« Je ne me focalisais pas particulièrement sur le fait d’être l’un des premiers à faire la trace aujourd’hui, résumait Ronan. Je savais pouvoir compter sur un super copilote, en la personne de Gilles, qui nous a permis d’échapper aux pièges du jour. On a ramarré les quatre premiers du classement, car ils avaient raté un waypoint (point de passage obligatoire) qu’avec Gilles, nous avions trouvé du premier coup. Un peu plus loin, c’est Lucio Alvarez que nous avons rattrapé et qui s’est très sportivement écarté. Notre seule erreur, nous l’avons commise dans un oued, où nous nous sommes retrouvé dans un cul de sac. Après avoir fait demi tour, nous avons rejoint Stéphane Péterhensel qui cherchait un peu sa route, mais qui est reparti devant nous, sur la bonne piste. Nous l’avons suivi de près jusqu’à l’arrivée, même si dans les dunes nous étions plus rapides que lui. Les quelques franchissements qui nous attendaient aujourd’hui étaient loin d’être ridicules et nous nous sommes même offerts quelques montée à la verticale et quelques basculements, sur des crêtes, en travers sur les portières ! Les sensations de glisse étaient grandioses !»

Des sensations que Ronan et Gilles devraient retrouver sur les deux étapes à venir, sur lesquelles les dunes seront encore plus nombreuses et impressionnantes. Les deux hommes pourront compter sur un buggy qui n’a pas encore livré tout son potentiel mais qui, d’ors et déjà, s’annonce comme une machine redoutable :

« L’auto est impressionnante et je dois tirer un grand coup de chapeau à Philippe Gâche pour le travail accompli sur ce buggy, confirme Ronan Chabot. Il est vraiment facile et plaisant à conduire. Maintenant, nous n’avons pas non plus surconduit et été chercher la limite. N’oublions que nous n’en sommes qu’au tout début du Dakar. Si l’on m’avait dis, avant le départ que l’on prendrait la 3e place du classement général, d’entrée de jeu, alors que tout le plateau est encore en course, j’aurais évidemment signé des deux mains. Pouvoir se battre avec les hommes de tête, c’est trop bon ! Je suis également content de casser un format qui était réservé depuis de nombreuses années à des teams comme Volkswagen ou BMW. Nous apportons un peu de fraîcheur à ce Dakar et l’on représente aussi tout ceux qui se trouvent  derrière, parce que nous n’oublions pas d’où nous venons et qui nous sommes ! »