Visit our archive

Arequipa – Arica

 

Etape 5 : 509 Km Liaisons : 337 Km Secteur sélectif : 172 km » 

« Une journée de transition »

Après avoir attaqué ce Dakar 2013 sur un rythme un peu fou et dans des spéciales de plus en plus relevées, au fil des jours, les concurrents ont, hier, pu relâcher quelque peu la pression. Pas question pour autant de se déconcentrer ou de prendre à la légère, l’étape entre Arequipa et Arica. Ronan Chabot et Gilles Pillot ont donc franchi, hier, la frontière chilienne et laissé, derrière eux, la première partie péruvienne du rallye.

« Curieuse journée, commentait sobrement Ronan Chabot, à l’arrivée de l’étape du jour. Curieuse, car journée de transition avec une toute petite spéciale de 172 km pour nous faire franchir la frontière chilienne. On s’attendait à ce que cette étape ne soit pas faite pour nous et effectivement, la spéciale n’était pas du tout taillée pour notre buggy. Elle s’est déroulée sur des piste très étroites, en montagne, dans des canyons, au milieu des pierres et il a fallu zigzaguer, ce qui n’est pas la qualité première de notre véhicule. Il y a même certaines épingles que nous ne pouvions passer en une seule fois. Il n’y avait donc pas grand chose à gagner sur cette étape, mais nous nous y étions préparés ! »

L’équipage Toys Motors achève cette cinquième étape de la course à la 18e position, à un peu plus de douze minutes du vainqueur du jour, Nani Roma. Les écarts étaient donc très serrés à l’arrivée de cette journée, sur laquelle Ronan Chabot et Gilles Pillot sont restés très vigilants :

« La seule chose dont je me méfiais, c’était les nombreuses pierres du parcours qui sont toujours propices aux crevaisons, assurait Ronan. Mais nous ne sommes pas tombés dans ce piège ! »

Le passage du Pérou au Chili conduit le Rallye à changer d’heure pour adopter celle des deux pays restants à traverser, le Chili et l’Argentine. Ce sont donc deux heures que les concurrents ont dû ajouter à leur montre, avant de se coucher, hier soir. Deux heures de sommeil en moins, qu’il allait aussi falloir gérer :

« Il va falloir se coucher tôt, ce soir, pour ne pas trop taper dans le capital sommeil, d’autant que nous n’en avons pas beaucoup d’avance, confiait le pilote du buggy SMG. Hier soir (mardi soir), l’équipe a travaillé jusqu’au petit matin sur les voitures et les moteurs ont beaucoup tourné. Comme ils ne comptent pas parmi les plus silencieux du bivouac, nous avons connu un sommeil très léger ! Mais physiquement tout va bien. On redescend gentiment de l’euphorie du début de rallye pour prendre notre rythme et nous savons que de belles journées nous attendent encore, comme celle de demain (aujourd’hui), qui se déroulera en deux parties, mais qui s’annonce copieuse. Historiquement, plus les étapes sont difficiles et longues, plus nous tirons les marrons du feu, car nous sommes capables d’être réguliers, sans commettre trop d’erreurs, donc à nous de bien la négocier. »

  • Nathalie Jan 10, 2013 Répondre

    Bonjour Ronan ! Je profite de ta messagerie pour t’adresser tous mes vœux et bien entendu pour te soutenir dans cette fabuleuse aventure que j’aurais adoré partager avec mon père 😉 bravo pour ta position au général !!! C’est top !!! Bises et à bientôt !

  • Name (Required)

  • Email (Required, but not published)

  • Url (Optional)

  • Comment (Required)